Hans Delrue

« Il y avait une explication logique : la métropole moderne qu'il venait de quitter ne devait être qu'une simple bourgade à l'époque où il se trouvait désormais. » (extrait de la nouvelle La montre égarée)

21 août 06:42

Ego te absolvo

précédente - suivante

Début de l'intrigue : Nicolas retourne dans l'église qu'il a fréquenté dans sa jeunesse. Il retrouve les murs familiers et affronte les mauvais souvenirs qui lui reviennent.

Genre : littérature générale


En savoir plus

Cette nouvelle a été éditée dans l'anthologie « Du Souffle sous la Plume » n°2 aux Éditions Les Joueurs d'Astres/Rezobook en octobre 2010.

Disponible au prix de 11 € dans la boutique de la maison d'édition.

ISBN : 978-2-36043-005-5

Voir aussi le billet sur le blog.

Extrait

La messe venait de se terminer et les fidèles quittaient l'église par grappes. J'attendis quelques minutes avant de pénétrer dans l'édifice. La nef était plongée dans une demi-pénombre. La lumière s'immisçait par les vitraux et créait des nuages de lueur entre les travées.

Je m'avançai vers le transept, l'estomac noué de retrouver ces lieux, après quinze ans d'absence. L'église paraissait s'être figée dans le temps. Les murs épais, les statues ébréchées des saints, tout me ramenait le passé en mémoire, comme une blessure encore à vif.

Personne dans le chœur et l'abside. Où était passé le prêtre ? Je remarquai un filet de lumière qui irradiait depuis le seuil de la sacristie. Sans doute l'officiant rangeait-il les objets de culte qu'il venait d'employer.

D'une main hésitante, je poussai la porte dont les gonds rubigineux firent entendre une plainte grincée, presque malveillante. Le curé se trouvait devant le placard. Le bruit le fit sursauter et il se tourna vers moi.

Les textes de ce site sont protégés par la législation sur le droit d'auteur.
English Nederlands Español Deutsch
Information in
other languages